FCPorto : le dragon aux deux visages

 FCPorto : le dragon aux deux visages

La saison 2020/2021 a débuté depuis quelques semaines sous l’égide de la pandémie de Covid19 avec des difficultés globales pour les clubs. Mais un cas interroge : celui du FCPorto brillant en Europe, éteint en championnat. Lumière sur des éléments de réponse.

Une reprise pas facile

Rien de surprenant, l’impact de la pandémie se ressent pour tout le monde, le champion en titre ne déroge pas à la règle. Mais cette reprise est plus difficile pour certains, notamment à Porto. Ajouter à cela les départs d’Alex Telles et de Danilo compensés notamment par les arrivées de Zaidu et Grujic (si on estime qu’il est venu remplacer l’international portugais), cela vous donne des conditions plus délicates pour attaquer l’exercice 2020/21. 

Des conditions délicates donc, et un départ peu glorieux. Presque un euphémisme puisque les joueurs de Sergio Conceição pointent actuellement à la 4e place après 7 matchs. Pas de quoi s’affoler pourrait-on penser ? Presque. Parce que les dragons comptent déjà deux défaites, un nul et 6 points de retard sur Sporting, actuel leader. Et malgré les 18 buts marqués, 10 ont déjà été encaissés, à peine un de moins que Portimonense, actuelle lanterne rouge. 

Pour résumer : le pire début de saison depuis 1962/1963 concernant le nombre de buts encaissés après 7 journées et le pire début de saison tout court depuis la saison 92/93. Oui, rien que ça. Et pourtant, en coupe de d’Europe, tout semble se passer plutôt bien pour Porto. Pourquoi ce double visage ?

La LDC plus sexy

Cela peut se comprendre. Affronter Manchester City est, pour l’opinion publique, plus motivant que d’affronter Gil Vicente. Rien de surprenant jusqu’ici, une excellente performance face aux hommes de Pep Guardiola est plus intéressante que face à ceux de Rui Almeida (Ndlr. Il a été démis de ses fonctions cette semaine).

Plus intéressante au niveau du traitement médiatique effectivement. Considéré comme un tremplin pour les plus gros clubs, d’excellentes prestations en coupe d’Europe donnent du crédit et des intérêts extérieurs plus importants que sur le plan national. Voilà ce qu’il en est d’un point de vue personnel. D’un point de vue collectif, l’histoire est autre. 

Même si cet argument se comprend, de manière générale, ce n’est pas vraiment le cas d’un point de vue interne. « Choisir » ses matchs indique un manque crucial de motivation et d’investissement. Et même si rares sont les joueurs qui font leu gros de leur carrière dans le championnat portugais, l’attente est similaire et ce peu importe la compétition et l’équipe en face. 

Les pertes du mercato

On peut estimer que cet argument prévaut quand même pour le FC Porto. Même si le club est habitué et est amené à se renouveler de saison en saison, il devient de plus en plus difficile de trouver des joueurs ayant les qualités ou le potentiel pour pallier aux différents départs. En cause : les prix toujours plus élevés et une situation économique qui laisse une marge de manœuvre faible. 

Mais la perte récente d’Alex Telles représente un point crucial pour expliquer ce faux départ. Le nouveau joueur de Manchester United a peaufiné ses statistiques lors de l’exercice 2019-2020 : 13 buts et 12 passes décisives. L’un des hommes providentiels du dernier titre de champion. Mais au-delà de ces statistiques, c’est le point fort de la saison passée qui s’affaiblit fortement : les coups de pieds arrêtés. 

Au niveau des statistiques, le point est criant : sur les 74 buts marqués en championnat par Porto, 28 découlent d’un coup de pied arrêté. Ici, comptons penalties, corners et coup-francs. Environ 38% de la totalité des buts marqués, soit plus du tiers. Des statistiques plus ou moins équivalentes pour les autres compétitions.

Une tactique pas encore identifiée

Un autre élément qui peut expliquer les difficultés du FC Porto en ce début de saison. Avec de nouveaux joueurs, d’anciens en fin de cycle et plusieurs prêts de durée forcément déjà déterminée, il est encore difficile de savoir quel est le véritable « onze » de Sergio Conceição. Et même si une tendance se dégage, certaines incertitudes sont encore à noter. 

En témoigne les différents systèmes adoptés par Conceição depuis le début du championnat. Le 5-4-1 utilisé face à Manchester City en est un exemple. Mais si les premières compositions utilisées s’apparentaient comme un 4-3-3 dans l’idée, le départ de Danilo impose à Conceição de trouver de nouvelles solutions. D’autant plus que le lourd calendrier traversé par le club a demandé un certains tournus comme face à Paços de Ferreira. 

En somme, bien des éléments qui contrarient les « Tripeiros » en ce début de saison. Mais les exigences sont difficilement vues à la baisse tant par le club que par les supporters. Les attentes sont toujours les mêmes : gagner et en proposant un jeu intéressant. Et si la deuxième « condition » semble peu à peu s’estomper depuis quelques saisons, simplement « gagner » semble dangereusement frôler une tendance identique. Affaire à suivre, la saison est encore longue et remplie de surprise. 

Crédit photo : @FCPorto

Marc Delacretaz

Marc Delacretaz

Related post