FCPorto : une saison par la force du caractère

 FCPorto : une saison par la force du caractère

Après une saison tourmentée pour les raisons que l’on connaît, l’heure est au bilan après le double sacre du FCPorto en coupe et championnat. Retour sur une saison anecdotique qui restera dans l’histoire. 

Une reprise peu certaine 

Vous le savez, nous le savons, cette saison 2019-2020 restera dans les annales de l’histoire du football, et ce, pour tous les championnats, qu’ils aient été arrêtés ou non. Et la Liga NOS ne déroge pas à cette règle. Comme tous les championnats de football, le Portugal était à l’arrêt depuis le début de mois de mars, environ. Certains ont repris, d’autres non. A l’image de la France et de la Belgique entre autres. 10 journées devaient encore se jouer ainsi que la finale de la coupe. 

Une dizaine de matchs en l’espace d’environ deux mois, voilà ce qui attendait les joueurs et les équipes du championnat. Un rythme pas si effréné puisque le calendrier a pu être travaillé de sorte que chaque puisse bénéficier d’un temps de repos plus ou moins équitable sur cette dernière partie de championnat. Sur cette dernière ligne droite, c’est le FCPorto qui a eu gain de cause. Malgré une reprise peu glorieuse avec une défaite face à Famalicão et un nul face au Desportivo Das Aves, ce sont les Dragons qui ont su être plus régulier et conquérir le 29e titre de champion.

Souvent décrié et peu apprécié, le jeu des hommes de Sergio Conceição n’a pas réellement fait rêver ses supporters et n’a pas réellement impressionné ses adversaires non plus. A l’image de l’année dernière, mais inversée cette fois-ci, est-ce Porto qui a remporté le titre ou Benfica qui l’a perdu ? Le débat est lancé.


Revivez les 74 buts inscrits en championnat cette saison par le FCPorto.

Une chute libre du rival 

Le titre décrit sûrement et parfaitement bien ce qu’il s’est passé en deuxième partie de saison. Pourtant, malgré des performances européennes peu en vues, rien ne pouvait présager un tel retournement de situation. A la fin du 1er tour c’est avec un bilan caressant l’excellence que Benfica garde sa première place. 16 victoires pour une défaite, face au FC Porto d’ailleurs, Benfica est inarrêtable et dans une continuité logique de sa deuxième partie de saison de la saison 2018-2019. Avec sept points d’avance et une facilité déconcertante en championnat, la voie pour le titre semble ne pas être semée d’embûches. Erreur. 

Et pourtant. Si la situation à ce moment de la saison était exactement la même que celle de la saison dernière mais en inversant les rôles, un revirement de situation semblait peu probable tant Benfica a toujours eu la main mise sur ses adversaires en championnat. Il a suffi d’une seconde défaite de rang face aux pensionnaires du Dragon puis d’une autre face au SC Braga pour remettre les « Portistas » dans la course au titre. 

Des raisons, il en existe plusieurs, un mercato moyennement bien géré, des performances en Europe qui ont eu, malheureusement, un impact sur les compétitions nationales et un mois de février/mars qui se trouve être, selon quelques supporters, le moment clé de la chute. Des avis qui reflètent, on peut l’avancer sans réelles craintes, l’opinion générale. Alors oui, entre le Benfica du premier tour et du second c’est le jour et la nuit, quoique certains adeptes du club de Lisbonne poitaient déjà quelques limites et défauts à l’équipes. Toutefois, doit-on rester sur cette idée que les prestations des Aigles ont dicté l’issu du championnat ? En partie mais pas seulement. 

Un FC Porto peu attrayant mais travailleur

A nouveau, le titre reflète plutôt bien ce second tour du FC Porto. En effet peu attrayant, l’équipe ainsi que son entraineur ne font pas parler d’eux pour leur football champagne bien que les qualités existent chez certains joueurs, notamment les plus jeunes. Presque un comble. Mais ce Porto a su être plus régulier et être, plus souvent que son rival en tout cas, décisif dans les moments clés. Quelque chose qui a fait défaut aux Dragons, à maintes reprises, par le passé.

Qu’il semble loin le 433 que nous proposait André Villas-Boas. Dix ans tout de même, mais si Porto a perdu de sa superbe depuis, il n’en pas perdu en passion et cohésion de groupe. Un aspect que l’on pourrait penser sans réel poids et pourtant il a su être déterminant. Parce que la force des Portistas c’est cette cohésion de groupe, comme mentionnée, que l’on a pas forcément senti chez Benfica, du moins pas quand tout semblait commencer à partir en fumées. Mais cette cohésion ne se ressentait pas seulement en dehors du terrain.

Chez ce FC Porto, il y a et il y a eu beaucoup d’envies, d’abnégations, de croyances, de travail et aussi un peu de chance qu’il a fallu saisir aux bons moments. La double-confrontation face à Benfica en championnat a démontré de quoi étaient capables les hommes de Conceição. On se rappellera de ces deux matchs comme les plus aboutis tactiquement de cette saison. Pourquoi ces prestations, voire cette domination, n’ont pas été réitérées à chaque match ? Difficile à dire. Peut-être n’était-ce pas le Porto le plus flamboyant, le plus plaisant, le plus rassurant, mais sûrement le plus régulier, celui qui a su faire le minimum syndicale aux bons moments et répondre présent lors des confrontations les plus importantes (4 victoires face à Benfica et Sporting malgré deux défaites face à Braga). Au-delà d’une simple équipe de football, c’est une véritable famille qui s’est créée et soudée avec l’arrivée de Conceição qui a su insuffler à chaque artisan de cette saison, une passion inéluctable. 

Crédit photo : @FCPorto / Twitter

Marc Delacretaz

Marc Delacretaz

Related post