Abel Ruiz, Piazón et 28 minutes de récital au Dragão

 Abel Ruiz, Piazón et 28 minutes de récital au Dragão

Retour sur les 28 premières minutes de football pratiquées par le Sporting Clube de Braga lors de cet incroyable match retour de demi-finale de Coupe du Portugal qui a vu les hommes de Carlos Carvalhal s’imposer 3-2 et se qualifier ainsi pour la finale de l’épreuve reine.

Quatre jours après un classico décevant dans ce même stade du Dragão entre le FC Porto et le Sporting, la première demi-heure de cette 4e rencontre de la saison entre dragons et guerriers du Minho fût une bien belle claque. Mettant en exergue la qualité de jeu mais surtout la force collective déjà tant énoncée dans nos émissions de ce Sporting Clube de Braga emmené par Carlos Carvalhal. 28 premières minutes d’une répétition de principes, comportements et stratégies afin de prendre une avance qui se révélera décisive après le carton rouge de Cristian Borja.

Trois buts lors de trois phases distinctes et démontrant la compétence de cette équipe. Une équipe complète et qui se démarque surtout d’un point de vue global par sa compréhension des moments du match : savoir quand on peut ressortir court pour inviter le pressing ; savoir lorsqu’après la transition offensive, on peut contre-attaquer ou si on doit repartir sur une phase d’organisation ; savoir lorsque qu’on peut presser ou lorsqu’on doit se réorganiser défensivement. Une interprétation du match clairement mise en évidence lors de cette rencontre.

Le premier but d’Abel Ruiz arrive sur une phase de construction. Mettant en évidence la phase forte du Braga version Carvalhal. Avant ce but, la capacité à surpasser le pressing de Porto, à progresser avec ballon ou à réagir rapidement et efficacement à la perte du ballon pour rester présent dans le camp adverse était rapidement remarquable. Des idées et principes immuables depuis le début de saison, combinés à une préparation spécifique du match en question. Explorant la possible difficulté de la ligne défensive à 4 de Porto pour contrôler la largeur par le positionnement des pistons Galeno et Esgaio et des intérieurs Ricardo Horta et Lucas Piazon.  

Le deuxième but d’Abel Ruiz arrive quant à lui sur une phase de pressing. Symbole d’un Braga qui de façon plus global ces derniers mois, impose un bloc bien plus haut et conquérant sur les terres des « grands ». Compréhension de nouveau évidente, notamment sur le but, des moments où le pressing peut être effectué et comprendre les indicateurs pour remonter le bloc. Démonstration ici des bienfaits d’un pressing organisé et collectif à la récupération haute du ballon.

Enfin, vous l’avez peut-être déjà en tête, le dernier but de Braga dans ce match inscrit par Lucas Piazon arrive sur ce coup-franc génial et indéfendable pour Diogo Costa. Mais il est intéressant de comprendre ce qui précède ce coup-franc. En effet, est mis en évidence la capacité à de nouveau comprendre les moments et se réorganiser défensivement lorsque le pressing est impossible, retirant largeur et profondeur à l’adversaire. On remarquera encore une fois la préparation spécifique du match : Carvalhal avait prévenu, son équipe était prête face à un Porto avec un ou deux attaquants. Deux scénarios préparés et qu’on a pu observer. Et enfin, la double fonction de ce diable d’Abel Ruiz : positionné parfaitement lors d’un moment sans ballon afin d’anticiper la récupération du ballon sur le côté et attaquer plus rapidement les espaces libres sur la largeur.

Ensuite, un match qui change littéralement suite à l’expulsion de Cristian Borja. Des valeurs de courage et d’abnégation pour tenir et même conserver un résultat victorieux sont démontrées. Braga n’attendra pas de nouveau 15 ans pour gagner au Dragão. Mention spéciale à Robocop, aussi connu sous le nom de Ricardo Esgaio. Son rôle sur le premier et le troisième but est évident. Son évolution dans la compréhension du jeu, ses capacités désormais grandes dans la construction ou ses aptitudes à tenir si facilement tout son couloir droit, tant défensivement qu’offensivement, sont réellement à mettre en exergue. Les premières qualités citées sont loin de l’imaginaire collectif en relation avec le poste de latéral et pourtant si importantes dans le football d’aujourd’hui pour améliorer drastiquement l’animation à tous les moments des couloirs.

Matthieu Monteiro

Sócio n°9491 Sporting Clube Braga • 24 ans • @MMatthieuZSCB sur Twitter • Chroniqueur chez Golaço depuis 2019 • Ingénieur informatique & analyse vidéo • Fondateur de @ZoneSCBraga sur Twitter • Ne jure que par les schémas de Paulo Fonseca et Eder en prolongation

Related post